Jeune France Lambersart : site officiel du club de basket de Lambersart - clubeo

ITWS de l'été, Bruno Equinet: "L' esprit JFL en priorité"

3 août 2020 - 08:00

Papa de joueur, logisticien de tables, assistant buvette, fidèle supporter des séniors 1 ou chargé de communication…Bruno, lambersartois de longue date, a déjà touché à pas mal de choses extra-sportives à la JFL depuis son premier contact en 2013.
Propos recueillis par Mathieu Jolivet

 

 

Bruno, comment es-tu arrivé à la JFL ?

En fait, ce n’est pas moi qui suis arrivé à la JFL, c’est plutôt Achille (son fils, futur joueur en U15) lorsqu’il avait 6 ans. Ça remonte, d’après moi, à 2013.
Et à l’époque, nous n’avions pas imaginé que le basket allait prendre une telle place dans nos vies.
« Nos vies » parce que cela nous concerne tous les trois, Achille, ma femme et moi.
C’est d’ailleurs Nadine qui a poussé, la première, la porte du club, un samedi matin pour une séance de baby-basket.
Habitant Lambersart et Achille étant attiré par le ballon, nous nous sommes dirigés plutôt logiquement vers la JFL.
Et, depuis, l’attachement à ce club s’est renforcé d’année en année, jusqu’à avoir le sentiment d’être dans notre deuxième famille à Coubertin.

 

Effectivement, je me rappelle bien votre rencontre et des débuts d’Achille (j’étais entraîneur en baby-basket à cette période), un joueur discret à l’époque, mais déjà très attentif et à l’écoute. Et donc, aucun de vous ne connaissiez le basket, c’est bien ça ?!

Absolument. Pour ma part, je n’avais jamais vu un match de basket de ma vie, j’ignorais ce que c’était, je n’en avais même jamais fait à l’école.
Je suis quand même très attiré par les sports collectifs, mais surtout par le foot, je suis un passionné. Je suis un fervent supporter du LOSC. (rire discret de fierté)
Et je suis aussi supporter du PSG, mais je vais me faire moins d’amis avec ce club ci, je pense. (rires)
J’ai également toujours fait du tennis, j’ai commencé assez jeune.
Le basket était totalement absent de mon univers, en fait. C’est Achille qui nous a amené à ce sport.

 

A quel moment, et comment, es-tu devenu un acteur bénévole du club ?

Cela s’est fait progressivement et de manière spontanée, la question ne s’est posée, cela s’est fait naturellement.
Comme parent de joueur, nous avons découvert et évidemment aidé pour les conduites, les lavages de maillots et autres choses nécessaires à l’accompagnement des enfants.
Puis, nous avons participé aux événements du club et nous avons rapidement suivi les matchs de l’équipe première. J’ai commencé à aider quelque fois à la buvette.
J’ai, ensuite, aidé Maxime Combaud (ancien coach et coordinateur sportif du club) sur une tâche fastidieuse, qui lui prenait du temps… la « fameuse » organisation des tenues de tables de marque. (rires)
Une tâche extra-sportive et organisationnelle pour laquelle je pouvais faire quelque chose.
J’avais eu l’idée d’utiliser Doodle, qui fonctionnait bien, à l’époque. Puis, avec Damien, on est passé à Google Sheets et des posts Facebook. Ça m’a bien pris du temps (rires), mais c’était une réelle satisfaction de se sentir utile pour le club. Jean-Philippe (Buchard) a repris la gestion de cette mission, de main de maître, par la suite.

 

De quoi t’occupes tu en ce moment, quelles sont tes missions ?

Ce qui est sûr, c’est que je ne m’occupe surtout pas du sportif, je laisse faire les gens compétents dans le domaine.
Je me rends disponible où je peux aider, ça serait plutôt communication et partenariat.
J’ai aussi participé à la mise en place de la Tombola cette saison, et peut-être cela continuera avec un Loto la saison prochaine... Je vais surement aider dans l’organisation d’un tournoi JFL, avec Thomas Hochard, pour la saison à venir. Enfin, j’aime bien également ce qui touche au multimédia, ce qui me permet d’être tout à fait capable de gérer l’E-marque.

 

Un rapport avec tes compétences professionnelles ces domaines ou pas ?

Pour faire une table de marque, pas trop ! (rires)
Je n’utilise pas mes compétences professionnelles pour ce genre de domaine.
Mais, une petite expérience d’une vingtaine d’années dans la communication et le marketing pourrait aider pour d’autres choses. (il rit encore)
J’essaye aussi de m’impliquer à fond, mais ça c’est ma personnalité, plus qu’une compétence pro.

 

Qu’est-ce qui te motive le plus d’ailleurs, qui te fais continuer dans ces missions ?

Je dirais le partage, l’échange et l’esprit d’équipe. Aussi les réussites collectives.
Et j’apprécie les outils multimédias, comme je te l’ai déjà dit.

 

Et quels sont, pour l’instant, les meilleurs moments que tu as passé à la JFL ?

J’ai d’excellents souvenirs de matchs S1 (Seniors 1), et tout particulièrement les matchs de carnaval.
Aussi des « after » festives, au club-house et au bar Les Pirates.
Je pense aussi à des moments extraordinaires à distance, pendant le confinement, avec le groupe JFL Communication. Ça nous a fait un bien fou avec Damien, Dominique (Deliège) et Charly (Clémentine Delombaerde, coach U15), d’échanger pour animer le site web et la page Facebook.
Maintenant Julien (Muth, joueur S4) et toi nous rejoignent, pour former une belle team, un beau collectif qui travaille sur l’extra-sportif. Même sans faire partie d’une équipe sur le terrain, j’ai vécu une très bonne saison dans les groupes communication et sponsoring. On peut aussi vivre de belles émotions collectives en dehors du terrain.

 

Merci pour l’échange Bruno, c’était très agréable, précis et complet. Je vais te laisser le mot de la fin, que voudrais tu ajouter ?

Tout d’abord, j’aimerais rendre hommage à Damien (Gervais), il fait des choses incroyables et la JFL a beaucoup de chance de l’avoir. Et il a été aussi un élément déclencheur dans mon engagement dans le club.
Ensuite, je vais reprendre ce que l’on avait écrit dans la première gazette « Esprit JFL », pour moi, c’est ce fameux esprit JFL qui devrait être la priorité.
Plutôt de se poser la question de qu’est-ce que le club peut faire pour toi, il faut surtout poser la question, qu’est-ce que moi je peux apporter à mon club. Aider apporte plus que cela « coûte », l’important est que chacun donne ce qu’il peut et quand il peut, sans prise de tête.
On a tout à gagner à rejoindre la Team JFL, mais par contre, il faut faire attention… ça peut devenir addictif ! (rires de tous les deux)

 

Voir également

Commentaires

Adeline Diagne 3 août 2020 23:29

Bravo Bruno. Tu es au top. Au plaisir de retrouver ce club dès septembre. Trop trop trop hâte

déc.
10:00
Coubertin
févr.
14:00
Castel St-Gerard
avr.
14:00
Ferme du Mont Garin
juin
Ferme du Mont Garin